Roman

Les Maîtresses du Temps, tome 1 : Suzon – Louise Bachellerie

12 juin 2016

Quand ce livre est apparu dans la liste des ouvrages que les éditions Points me proposaient en partenariat, je l’ai tout de suite repéré, tant l’histoire me paraissait intéressante. Une histoire de fille avec du caractère, indépendante, qui se travesti pour survivre dans un monde essentiellement masculin, sur fond d’aventures de corsaires, ça ne pouvait décidément que me plaire. J’attendais de ce roman qu’il me fasse voyager, je voulais un livre que je ne parvenais pas à lâcher tant les rebondissements m’auraient donné envie de lire la suite…. et j’ai malheureusement été très déçue, tant que je n’ai pas réussi à rentrer dans l’histoire.

Paris, 1698. Suzanne Trouchot naît dans une famille de commerçants bourgeois. C’est une enfant turbulente, insolente, qui passe ses journées à grimper aux arbres et à se battre, bref un vrai garçon manqué que son père décide d’envoyer au couvent des Ursulines. Là bas, espère-t-il, elle apprendra à obéir et recevra une éducation convenant aux jeunes filles de son rang. Loin de s’assagir, Suzon s’amuse à faire tourner en bourrique les bonnes sœurs, jusqu’à ce qu’elle se lie d’amitié avec Éderna, jeune aristocrate originaire de Saint-Malo, qui lui raconte mille histoires de corsaires bravant la mer pour la gloire du Royaume. À la sortie du couvent, elle se marie avec le Chevalier de Léré, Antoine Carreau, dont elle tombe éperdument amoureuse, mais qui trouve rapidement la mort lors d’un combat singulier, la laissant à la tête d’une immense fortune dont elle ne sait que faire. La tête remplie des histoires de corsaires qu’Éderna lui a raconté, elle décide de céder à l’appel du large : elle se travesti alors en homme et utilise son argent pour armer une frégate et partir à l’aventure. C’est sans compter sa rencontre avec le séduisant capitaine Thomas Raquidel, avec qui elle embarque et qui se doute très vite de sa vraie nature…

J’ai essayé de toutes mes forces d’apprécier ce livre, vraiment, surtout que j’avais lu plusieurs avis dithyrambiques dessus, mais il m’est presque tombé des mains à plusieurs reprises. Je l’ai trouvé d’une lenteur insupportable : l’auteure met du temps à démarrer l’histoire afin de nous faire bien cerner le personnage de Suzon, ce qui est tout à son honneur, mais ce qui a pour conséquence de faire traîner le récit. On suit ainsi la jeune femme dans sa famille, au couvent (le seul passage qui m’a d’ailleurs passionnée), puis en compagnie d’Antoine Carreau, et enfin chez son amie Éderna, qui l’accueille après la mort de son mari. Et quand ses aventures maritimes commencent enfin… il ne se passe presque rien. Suzon enchaîne les aventures sur la mer de manière complètement attendue et répétitive. D’après moi, ce livre a donc un gros problème de rythme qui m’a totalement empêchée de rentrer dedans : j’ai attendu qu’il décolle et que Suzon m’emporte dans ses folles aventures, mais j’y suis restée entièrement hermétique.

J’ai lu plusieurs avis sur ce livre, dont certains parlaient d' »aventures rocambolesques », de « rebondissements inattendus », d' »aventures extraordinaires », de « trésors », de « codes secrets »… Je ne dis pas que le roman ne contient rien de tout ça, mais à mes yeux, il n’a jamais réussi à s’élever, et je me suis ennuyée ferme. J’ai eu l’impression de lire du vide. Pour vous dire, je me suis retrouvée à souffler d’énervement pendant le dernier tiers du récit, à la fois contre le comportement des personnages mais aussi contre l’histoire. J’ai eu l’impression que l’auteur avait du mal à instaurer une chronologie et un ryhtme soutenu : certains mois (qui me paraissaient pourtant intéressants) passent en deux pages, quand des passages sans intérêts en durent soixante… Je ne peux pas vous en dire beaucoup plus sur le déroulement des aventures de Suzanne pour ne pas vous spoiler, mais sachez que même l’histoire d’amour m’a parue plate, sans intérêt et parfaitement peu encline à me faire rêver.

Pour parler un peu des personnages, j’ai beaucoup apprécié Suzon au début, un peu moins à la fin à cause de son amour éperdu pour Thomas Raquidel, ce qui la pousse à pratiquement ramper à ses pieds pendant une bonne partie du récit. Quand aux autres personnages, le seul qui m’aie touché c’est Élouan de Bonaban, le frère d’Éderna, follement amoureux de Suzon, personnage très romantique qui espère être aimé en retour mais qui sait se faire discret et qui sait que son amour est à sens unique. Les autres passent et repassent (certains font même des apparitions systématiques qui tiennent presque du surnaturel et qui m’ont agacée au plus haut point) dans la vie de Suzon sans la marquer véritablement…

Dernier point noir, qui m’a beaucoup gênée aussi : Suzon passe une bonne partie du livre sur un bateau, donc qui dit bateau dit vocabulaire maritime… et aucune explication ou définition, pas un seul glossaire ! Je veux bien chercher deux ou trois mots par pages, mais certains passages sont dédiés entièrement à des manœuvres dont un mot sur deux m’était inconnu, ce qui m’a fait totalement décrocher du récit.

Pour résumer, le tome 2 de cette saga historique ne passera pas par moi, et c’est bien dommage, parce qu’elle avait un gros potentiel pour me plaire. Une grosse déception. Cependant, si le livre vous intéresse, sachez qu’il fait partie d’une saga qui évoque les destins d’une lignée de six femmes prises dans la tourmente de l’histoire entre 1698 et 1968. Sont déjà sortis : Suzon, Louise, Claire et Blanche, mais seul Suzon est disponible en poche aux éditions Points pour l’instant (les autres tomes sont publiés par les éditions Delpierre).

– Chronique rédigée en partenariat avec les éditions Points.

Titre Suzon
Auteur Louise Bachellerie
Éditeur Points
2014 // 454 pages

« Paris, 1698. Fille de bourgeois, insolente, véritable garçon manqué, Suzon est placée à huit ans au couvent des Ursulines de Saint-Denis. Dans cette prison, elle se lie d’amitié avec Ederna, jeune aristocrate originaire de Saint-Malo, qui lui raconte mille histoires de corsaires bravant la mer pour la gloire du Royaume. Rendue à sa famille à dix-sept ans, Suzon, toujours aussi rebelle, tombe éperdument amoureuse d’Antoine Carreau, chevalier de Léré. Mais le jeune homme est tué au cours d’un duel, laissant Suzon inconsolable, à la tête d’une petite fortune. Suzon rêve d’un autre destin que celui que la nature et la société lui ont prescrit. C’est donc travestie en homme qu’elle investit sa fortune pour armer une frégate et sillonner les mers au côté du séduisant capitaine Thomas Raquidel, qui ne sait rien de sa vraie nature. »

★★☆☆☆ Bof

Rendez-vous sur Hellocoton !

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply