Jeunesse

Susine et le dormeveil, tome 1 : Dans le monde d’Avant

22 juillet 2015

couv52209226Titre  Susine et le dormeveil, tome 1 : Dans le monde d’Avant

Auteur Bruno Enna / Illustrateur Clément Lefèvre

Éditeur Éditions Soleil (Collection Métamorphose)

2012 // 84 pages

Susine est une petite fille au regard profond et à l’imaginaire fertile. Elle habite au 12 rue des   Cauchemars. Souvent livrée à elle-même, elle aime écouter les histoires que lui conte affectueusement sa grand-mère. Mais un jour, sans prévenir, celle-ci s’envole au ciel … Susine se coiffe alors d’un Couvrepomme Canalisateur et se retrouve transportée en plein coeur d’un monde mystérieux, le Dorméveil …

Premier livre du challenge Read-a-thon à avoir atterri entre mes mains (pour le thème « Une couverture qui te fait penser à l’été »), je l’ai très vite dévoré. J’ai été contente de pouvoir le sortir de ma PAL, parce qu’il y était depuis plus d’un an. Ça a été une lecture agréable, sans pour autant constituer un coup de coeur.

Susine et le Dormeveil est un O.V.N.I dans le paysage de la littérature jeunesse : à la limite entre la bande-dessinée et le roman graphique, il s’agit d’un album pour les enfants déjà un peu grands. Trop compliqué pour les petits (qui pourront quand même apprécier la beauté des dessins) et trop enfantin pour les ados sans doute, je le conseillerais à partir de 8/9 ans. C’est un récit tout en douceur et en poésie, qui aborde des thèmes durs avec une grande sagesse.
Susine est une petite fille intelligente qui aime écouter les histoires farfelues que lui raconte sa grand-mère. Un peu perdue dans un monde entre l’enfance et l’adolescence, elle a l’impression que seule cette dernière la comprend, tandis que ses parents sont trop occupés par leurs problèmes d’adulte pour veiller sur elle. Quand sa grand-mère « s’envole au ciel », Susine se retrouve transportée dans l’univers qui a bercé son enfance : le Dormeveil, le lieu où se passent les contes de sa grand-mère. Là, elle va rencontrer de merveilleuses créatures, qu’elle va aider à se métamorphoser en les faisant rire, et elle va même parler avec la reine de ce monde ! C’est un livre qui parle de la difficulté de perdre un être cher et des différentes manières de faire son deuil : mal à l’aise dans le monde des adultes qui ne la voient pas, Susine se réfugie dans son imagination pour y chercher du réconfort. Elle va y perpétuer l’héritage que lui a laissé sa grand-mère, ses histoires, jusqu’à en inventer des nouvelles. Par là, elle va permettre aux habitants du Dormeveil d’évoluer, mais cela va également lui permettre de grandir et d’accepter la disparition de sa grand-mère.

L’objet livre est magnifique, et je suis heureuse de l’avoir dans ma bibliothèque ! Les illustrations sont foisonnantes de détails : j’ai essayé de passer le plus de temps possible à les observer pour tenter de voir tous les recoins, mais je pense que c’est le genre de dessin dans lequel on découvre de nouvelles choses à chaque coup d’œil. Vous avez plutôt intérêt à aimer le trait de l’auteur parce que l’album regorge de dessins : sur une page entière, dans un coin, avant un nouveau chapitre, sur une double page, etc. ils sont partout ! J’ai trouvé qu’ils collaient parfaitement à l’univers de l’auteur : l’illustrateur a du s’en donner à cœur joie pour reproduire tout le bestiaire du Monde D’Avant ! Cela devient un vrai jeu de chercher dans l’illustration de la page un personnage décrit dans le texte. Les dessins sont d’ailleurs d’une aide précieuse, car les descriptions ne sont pas toujours évidentes… Ce sont des dessins que je qualifierais de « rassurants » : ils sont tout doux (le rendu ressemble à du crayon de couleur) avec des couleurs un peu sépias, un peu passées… Comme dans un cocon.

Si cet album est très beau, j’ai pourtant trouvé qu’il y avait un petit problème de rythme au niveau de l’histoire, causé sûrement par le format « court ». Tout se précipite dès que Susine se retrouve propulsée dans le Monde D’Avant, avec un vocabulaire et un bestiaire propre à ce nouvel univers, que j’ai mis du temps à assimiler. Dans la même idée, j’ai trouvée la fin un peu rapide. On alterne en fait entre un début très lent (mise en place des personnages, de l’univers, etc.) et un rythme très rapide vers le milieu et la fin, allant parfois jusqu’à sauter des semaines entières en un paragraphe ! Cela m’a un peu gênée : j’aurais préféré un album plus long qui nous permette de mieux connaitre le bestiaire, l’univers du Monde d’Avant, etc.

En bref, c’est un très bel album qui plaira aux plus jeunes comme aux adultes et qui aborde avec délicatesse de nombreux thèmes. Les plus grands retomberont sans doute en enfance, le temps d’un voyage au coeur de l’imagination d’une petite fille.

16/20

Rendez-vous sur Hellocoton !

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply