BD

{BD} La saga de Grimr

7 janvier 2018

Je me suis décidée à lire cette BD que je voyais passer un peu partout parce qu’elle était dans la sélection de la « bédéthèque idéale » selon Télérama : le top 10 des albums BD en 2017. Dans cet article, j’en connaissais un bon nombre de vue, mais je n’en avais lu aucune : j’ai donc décidé de sortir de ma zone de confort et de passer outre la couverture et le style de dessin pour me plonger dans certaines lectures de la sélection. C’est comme ça que je me suis retrouvée avec La Saga de Grimr dans les mains, après l’avoir emprunté à la bibliothèque. Et il s’agit de mon premier coup de cœur de l’année. Comme quoi…

Grimr est un petit garçon islandais possédant une particularité : sa force est beaucoup plus élevée que celle des autres êtres humains. Après avoir perdu sa famille lors d’une éruption volcanique (oui les volcans de là-bas ne plaisantent visiblement pas), il est recueilli par un vieux voleur qui voit en lui un garde du corps rêvé : en effet, qui est mieux placé pour le protéger des villageois énervés par ses multiples larcins qu’une personne à la force surhumaine ? Ensemble, ils font un bout de chemin : Grimr grandit, le voleur se range, ils deviennent passeurs, bref la vie est belle jusqu’à ce qu’un évènement contraigne Grimr à fuir. Il trouve alors refuge dans une ferme tenue par une mère et ses trois filles. Mais la nature humaine n’aime pas les gens différents, et les villageois sont bien décidés à le faire savoir au jeune homme…

Disons-le tout de suite : j’ai adoré, alors que je n’attendais pas spécialement grand chose de cette bande-dessinée. La Saga De Grimr possède la force d’une épopée condensée en 220 pages. Cette BD réussi le tour de force d’être dense, et en même temps captivante… Dure, et en même temps poétique… Bref, on ne voit pas le temps passer et on suit avec inquiétude le parcours de Grimr en se demandant comment tout cela va se finir. Il y a quelque chose dans cette BD qui m’a touché, mais je ne saurais pas vous dire quoi exactement. Je crois que c’est le genre de chose qui ne peut se ressentir qu’en se plongeant dans l’histoire. C’est en tout cas profondément humain. La quête de Grimr a quelque chose d’Ulysse et son errance ressemble à celle de Rémi de Sans Famille : vous pourrez voir dans cette histoire de nombreuses résonances littéraires, celles que vous voudrez. La BD parle elle-même de livres puisqu’un des personnages est poète et s’inspire de l’histoire de Grimr pour écrire une saga (d’où le titre).

Les personnages sont très bien écrits et plutôt développés pour un nombre de page aussi « court » (par rapport à un roman). Impossible de ne pas s’attacher au moins à Grimr, qui est un peu bourru et naïf mais pas méchant, et les autres personnages ont tous su me toucher d’une manière ou d’une autre, notamment celui du poète.

Seul bémol : les dessins, qui m’ont laissée un peu mitigée. Toutes les planches qui concernent les paysages sont splendides, avec de l’aquarelle, des camaïeux de couleur très doux qui propulsent immédiatement parmi les moutons, sous la pluie, dans les plaines islandaises battues par le vent. Sous le pinceau de Moreau, l’Islande se fait tour à tour douce et hospitalière, quoi que toujours un peu sèche, et déchaînée. Un magnifique travail qui ne touche cependant pas tous les personnages, à commencer par Grimr, dont l’aspect ne m’a pas vraiment convaincue. Cependant, j’ai été tellement emportée que j’ai réussi à passer outre les dessins.

La Saga de Grimr est une jolie histoire pleine de poésie, aussi pertinente dans la forme que dans le fond, qui parle des relations humaines, du deuil, d’amour. C’est beau, c’est touchant, c’est humain. Je vous conseille cette BD à 1000%.

ATTENTION CEPENDANT, TW AGRESSION SEXUELLE DANS CETTE BANDE DESSINÉE

↠ À lire si ↞

– Vous aimez les livres qui parlent de livres
– Vous aimez les histoires de quête et d’apprentissage
– Vous aimez le folklore, les légendes
– Vous appréciez les paysages pluvieux et rocailleux type Islande ou Écosse

Rendez-vous sur Hellocoton !

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply Pikobooks 7 janvier 2018 at 10 09 22 01401

    Oh ! Je suis très intriguée car de la même façon que toi, je suis un peu repoussée par le style des illustrations, un peu trop brute à mes yeux.

    Je ne manquerai pas de veiller cette BD dans ma médiathèque (une fois que j’aurai dépassé ma honte due au retard scandaleux de mes emprunts de Noël)…

    Merci pour cette chronique si intéressante !

  • Reply Sandy - Je ne sais point lire 13 janvier 2018 at 10 06 22 01451

    Hello,
    Cette BD m’intrigue, j’irais la feuilleter si je la vois en librairie et peut être que je me laisserai tenter :)
    J’ai envie de lire des BD mais je suis beaucoup trop sélective, heureusement que ton club est là pour me faire sortir de ma zone de confort ;)

    En tout cas les dessins des paysages sont effectivement très beaux et l’histoire en elle même me tente !

  • Leave a Reply